Le déménagement

Petit retour sur notre déménagement, qui s’est déroulé les 13 et 14 août 2014.

La phase de cogitation

Avec notre forfait de relocation alloué par ma société, on avait carte blanche pour organiser notre déménagement : choix du prestataire, volume à déménager, options d’emballement, assurance, …

On a mis du temps à être clairs sur ce qu’on voulait emmener, garder en France pour le retour, ou donner/vendre. Un paquet de critères rentrent en jeu, par exemple :

  • évidemment la contrainte de coût/volume
  • l’intolérance au transport de certains meubles
  • l’attachement affectif
  • l’incompatibilité électrique de certains appareils (110V aux US)
  • l’intérêt à racheter quelque chose de mieux sur place en utilisant notre forfait de relocation

Pour tout ce qui touche à l’alimentaire ou aux plantes, au moins c’est simple, rien n’est autorisé. Gros crève-coeur pour nos plantes mastodontes, mais ça fait aussi de beaux cadeaux.

Autre dimension à prendre en compte : tout ce qui part dans le déménagement ne sera pas disponible pour un mois et demi (temps d’acheminement), donc faut aussi en garder de côté.

Comment ça marche

Dès qu’on déménage du volume aux US, l’option bateau est incontournable.

Notre conteneur de 20 pieds

Le principe est de louer un conteneur, une grosse boite disponible en 2 dimensions : 20 pieds (6m de long, 30m3), ou 40 pieds (12m, 60m3). Un camion apporte le conteneur à la maison, les déménageurs charge tous les biens emballés, le camion part amener le conteneur au port (pour nous Le Havre), le conteneur est chargé sur le prochain cargo disponible (un départ par semaine pour notre trajet), 3 semaines de voyages jusqu’à Oakland, inspection des douanes, et acheminement du conteneur sur la nouvelle habitation !

La phase d’inspection des douanes peut prendre du temps et poser problème. Car le douanier américain est douanier et américain. Donc plus que chichiteux. Le brin d’herbe ou la trace de boue sur ton vélo, c’est le germe d’une guerre bactériologique pour lui. Pareil pour tout produit alimentaire ou toute trace animale. Et s’il lui vient à l’idée d’inspecter ton conteneur, il vide ce qu’il veut, et il remet en ordre ce qu’il veut aussi. Si ça rentre pas, dommage pour ta pomme.

Côté alcool, on a laissé tombé : entre les taxes de douane et l’emballage spécifique, c’était hors de prix.

Le choix du prestataire

Pour choisir le prestataire, on a commencé par lire les rares comptes-rendus présents sur le Net. On parle là d’un déménagement international, donc de sociétés spécialisées et pas connues du profane.

On en a retenu 3 : Interdean, AGS et Grospiron. Chacune a rapidement dépêché un commercial pour venir faire un devis. En 20/30 minutes, le/la gus sait estimer le volume a déménager d’une maison et identifier les trucs à haut risque pour les douanes, e.g. pour nous une peau de python recouvrant une guitare chinoise ou un petit os dans une sculpture.

Les 3 devis étaient quasi identiques, et peu détaillés, pour un coût d’environ 6700€. Les déménageurs s’occupent de l’emballement.

Auquel faut rajouter l’assurance : on choisit ce qu’on veut faire assurer en payant 3% de la valeur de remplacement. Si on déclare rien, rien n’est remboursé, si on déclare tout, la note est salée. Un inventaire détaillé de tous les biens doit être fourni, ce qui nous a permis de voir qu’on emmenait 20K€ de biens !

On a finalement choisi Interdean.

La préparation du déménagement

Même si les déménageurs s’occupent eux-mêmes de l’emballement, y’a du boulot à fournir en amont quand on vide une maison :

  • se décider sur ce qui part, ce qui reste, ce qui est vendu ou donné, ce qui est jeté
  • voyages à la décheterie
  • mises en vente sur Le Bon Coin
  • ventes/dons pour les proches
  • stockage de ce qu’on veut garder (environ 6m3)

Les ventes aux proches nous ont mis un peu mal à l’aise : à la fois on allait pas tout donner car au total, ça fait une belle somme, mais on voulait pas non plus vendre des biens au même prix qu’à des inconnus. Au final tout est bien parti au bon timing !

Les 2 jours de déménagement

Le 1er jour, les déménageurs arrivent avec un petit camion avec leur matos : cartons, papier d’emballage, outils. On les briefe 10min sur ce qui part ou non, et ils attaquent derechef.

Ils étaient 3. Chacun prend une pièce et fait ses cartons en vitesse accélérée. Ils ont fait du non-stop entre 9h30 et 14h (avec quelques cafés quand-même) puis sont repartis en sachant qu’il leur restait 3/4h d’emballement le lendemain.

Fin du chargement
Fin du chargement

Les mecs ont un forfait de 2j pour la tâche, ils font donc de l’intensif pour se libérer du temps libre, comme les éboueurs marseillais.

Ils ont fini l’emballage entre 8h et 12h le lendemain, juste avant l’arrivée du conteneur. Après quelques galères du conducteur pour manoeuvrer sur les petites routes laceniennes, le conteneur était garé devant la maison.

Une heure de Tétris géant puis le conteur était scellé et partait au port.

La suite

2j de ménage / réfection pour laisser la maison propre (merci la belle-famille), les aurevoirs au chat qui reste avec les locataires et aux voisins, et une page qui se tourne…

Le conteneur part du Havre le 23 août, on espère maintenant retrouver nos affaires en bon état début octobre !

Départ du conteneur

 

Pour voir l’album photo :

[Contenu privé, veuillez saisir le mot de passe (ou demandez-le à contact@ricanologie.com)]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *