Premiers jours dans la baie

Déjà deux semaines de passées à Berkeley, soit le 1er 52ème de notre durée d’installation cible pour ceux qui comptent. Première semaine en famille en mode marche touristique intensive dans les différents quartiers de Berkeley, avec expédition des démarches administratives. Deuxième semaine avec le barbu au travail et la trinité faconde aux activités domestiques et ludiques.

Premières démarches administratives

On est aux Etats-Unis, on commence par ouvrir un compte en banque, y’a pas à discuter. Sur le papier, ça se fait en 2 temps 3 mouvements à la Bank Of America. A l’agence on a mis 4h dont 2h30 d’attente. Rien de compliqué, juste le passeport à fournir, mais fastidieux. Et en temps de rentrée universitaire, ce qui veut pas rien dire quand on habite Berkeley.

On découvre les agences bancaires américaines, où une hôtesse accueille les clients qui franchissent le pas de la porte et où les conseillers opèrent dans leur bureau à découvert dans la salle d’attente. Premiers signes de l’omniprésence humaine et de l’accueil dans les commerces, et sur la différence de considération de la vie privée / intimité.

On ressort avec notre carte de débit et, bonne surprise, notre carte de crédit qui nous permettra de nous endetter comme tout bon américain mais aussi de monter dans l’échelle de valeur économique qui conditionne beaucoup de choses ici à travers le “credit score” (location / achat de maisons, achats de voitures, prêts/crédits, …).

Etape suivante : souscription d’abonnements téléphoniques. Encore accueillis par 5 personnes dans une agence T-Mobile vide. Ca nous a pris 20min et quelques dollars de plus qu’en France. Ici l’abonnement classique est dans les 60$ par mois (avec 3G). Mais on a nos numéros US (cf. Nous contacter).

Dernière étape de la semaine : le SSN (Social Security Number). C’est plus que le numéro de Sécu français, il est demandé partout ici. On fait nos demandes en 30min dans un bureau spécialisé, où on donne juste nos passeports et un certificat de mariage français, je reçois ma carte une semaine après (on attend toujours celle de Madame au jour où j’écris).

On marche, on joue. On marche, on joue. On marche, …

On s’est aligné derechef sur l’heure locale, donc on part facilement tôt en matinée avec les quelques démarches administratives à se débarrasser en passant, mais on passe surtout du temps à s’acclimater aux coutumes indigènes et à sentir où il ferait bon vivre.

Ca râle chez les 1ères classes, mais la carotte est facile à trouver ici. On marche pas 30min sans tomber sur un parc avec des aires de jeux pour les mioches. Là on parle pas de l’aire de jeux du village, c’est à l’américaine, façon king-size et objectif Indiana Jones. Nos 2 cascadeurs fous s’y éclatent à chaque fois.

Par contre, nouvelle leçon apprise dans ces parcs : ne pas toucher voire ne pas parler à des enfants qui ne sont pas les siens. Faut mieux laisser le gamin tomber que d’oser l’aider ici, sinon tu sens que tu peux risquer plus gros que le gone.

Aussi, l’image du tout-sécurisé tombe vite. Si les aires de jeux ont des sols mous, bien des jeux ne sont plus imaginables chez nous. De ce côté, on fait bien plus confiance aux enfants et à leurs parents qu’en France.

A part les quatre 1ers jours un peu nuageux, le temps est superbe tous les jours. Alors que le mois d’août est supposé être le pire de l’année. Ca requinque madame qui se faisait du souci au sujet du climat local. Surtout après les multiples discussions avec les locaux et expatriés qui disent qu’il n’y a pas mieux qu’ici au niveau climat.

On conduit

Comme on veut pas dégouter les enfants de la marche et de Berkeley, on a loué une voiture ces derniers jours. Une automatique évidemment. Qui aimait pas trop Madame au début. Ils ont commencé à bien s’entendre après une journée de pilages intempestifs (ce qui arrive quand on veut débrayer sur le frein), une nuit de remise en cause et surtout une paire de talons le lendemain pour mieux atteindre les pédales. J’ai évité de me la péter, mais moi qui ai l’esprit pratique aussi développé qu’un clou enfoncé, ça a collé tout de suite.

En tout cas, on est d’accord tous 2 pour dire que la conduite ici c’est royal. La boite automatique fait rapidement oublier cette aberration de notre boite manuelle, surtout sur toutes ces collines de la baie (plus de démarrage en côte). Les limites de vitesse à 40 voire 25km/h sont super reposantes, les conducteurs locaux sont super cools, jamais de klaxons ou d’excités, les voitures sont silencieuses, ne puent pas… C’est presque agréable de conduire en ville (bon c’est pas San Francisco non plus).

On mange

A midi on mange. Le soir moins, car on a mangé à midi des portions américaines. Ici tu pourrais prendre une simple boule de glace pour 4. Même Mamzelle finit pas les siennes. De toute façon on mange peu de dessert car on a trop mangé avant. Ils ont vraiment un souci avec les quantités, probablement leur système de mesure anglo-saxon où ils s’emmêlent les pinceaux, c’est pas possible. Heureusement, ici tu ramènes tes restes dans ta “box”, c’est chouette.

Par contre, on mange étonnamment bien. On n’avait pourtant pas d’apriori, j’avais testé quelques restos en avril à San Francisco et on avait tous 2 passé quelques semaines aux Etats-Unis y’a 15 ans, mais en 2 semaines, on a vraiment toujours bien mangé, du simple fast-food au resto branchouille en passant par les indiens, japonais, thaï, mex et autres. Et pas spécialement cher. On a fait des restos pour 50$ à 4 où on s’en serait tiré pour 80€ en France avec la tronche de cake du serveur en plus. Là le service est généralement super sympa, faut dire que la notion du pourboire est primordiale ici.

On est aussi surpris par l’importance donnée à la nourriture “organic”, i.e. naturelle (on dirait “bio” chez nous). Plein de restos se spécialisent là-dessus et pour les achats de fruits, légumes, viandes ou poissons, c’est aussi très mis en avant. Et côté goût, pour l’instant ça cartonne, et ceux qui nous connaissent savent qu’on est chiant de ce côté.

On visite

C’est beau tout ça mais faut trouver une maison d’ici un mois. Donc on visite aussi les maisons. On est partis candidement avec l’idée de fixer précisément nos critères, notamment géographiques, puis on a vu comment ça marchait. Tu choisis pas vraiment où tu vas habiter, t’essaies de chopper le 1er les maisons qui sortent subrepticement leur bout du nez avant d’être raflées par des beaux “Credit Scores”.

Bon, on pleure pas non plus. On n’a pas la situation la pire parmi nos compagnons visiteurs d’infortune, on a une bonne situation (j’ai l’impression), on a encore un peu de temps et on aime bien visiter les maisons. Déjà 11 à notre actif, toujours un truc qui va pas. On fera moins les difficiles dans 2 semaines si on a rien trouvé.

On travaille

Le barbu (tiens, je fais saoudien dixit les chauffeurs de taxi) a commencé le taf lundi dernier. Bon il a jamais parlé taf en 15 ans de carrière, il va pas commencer maintenant.

Pendant ce temps, le reste de la famille s’active dans la nouvelle maison temporaire : https://www.airbnb.fr/rooms/3080831. Moins classe que la 1ère, mais plus calme et surtout à moins de 10min à pied de l’école et du Berkeley Bowl. Et commence à découvrir toute la panoplie de magasins disponibles.

Les 2 culottes courtes commencent eux demain. La pré-rentrée a eu lieu jeudi, juste le temps de les frustrer (“je veux travailler” dixit Chiloé qui nous demande 10 fois par jour quand commence l’école et qui voulait pas quitter sa classe jeudi). Ils vont se pointer demain avec leur “lunch box” pour le déjeuner. Et un gâteau pour le petit bonhomme qui entame sa 1ère journée avec son anniversaire, qu’il va fêter avec une autre élève qui fait une tête de plus que lui.

Mais on fera un billet spécial école, y’a trop de choses à dire !

2 réponses à “Premiers jours dans la baie

  1. C’est super tous ces commentaires et descriptions. Sylvain est un vrai “François” Morel -bis – Il aurait été un bon chroniqueur à la radio !

    1. Jolie plume en effet!
      ça donne envie de venir goûter tout ça et ça tombe bien car j’ai mes billets! ça vous laisse donc quelques moi pour dégoter les meilleures adresses!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *