Commu(beep)!

La semaine dernière à San Francisco. Derby des Giants contre les Dodgers de Los Angeles. Un Lyon – Saint-Etienne, mais en version quasi civilisée, et avec des adversaires dignes d’être des adversaires.

Grosse tension, les Giants se laissant mener 2-0 chez eux. Le public s’excite ; fuse des tribunes l’amertume de quelques mots secs et jets de bière humides. Adressés aux Dodgers mais accueillis principalement par nos oreilles et chevelures innocentes. Quand tonne derrière nous l’insulte suprême :

Communists!

Oh putain ! Tu sens là plus de violence qu’une revue intégrale de l’Arche de Noé portant atteinte à ta respectable génitrice. On est là aux frontières de l’indicible, version locale du point Godwin, plus rien à rajouter.

Communiste. Qu’est ce qu’on pourrait dire en France d’équivalent ? Gamins, à l’époque du pin’s “Touche pas à mon pote”, on aurait dit “Raciste !”. Maintenant tu ferais juste sourire, ça devient doucement un signe d’attitude décomplexée, suffit juste de pas trop déraper quand t’es connu pour éviter l’emballement médiatique.

Fasciste ? Bof, c’est maintenant le premier parti de France.

Non, faut plutôt chercher de l’autre côté désormais. Droit-de-l’hommiste ! Européiste ! Tiers-mondiste ! Humaniste ! Démocrate ! Ça, ça a de l’avenir. Surtout dans des gradins de supporters.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *