Road trip 2015 – Partie 1

[Une fois n’est pas coutume, sous la menace de mes proches, je dois accorder le morceau musical au contenu du billet, avec les titres les plus écoutés dans les radios locales lors du périple].

Notre premier road trip en famille est terminé. 18 jours. 7 états. 4357 miles (7011 km). 4026 photos (après tri). 112 pauses restrooms pour les filles. 112 Not again des garçons.

La préparation

Comme Madame connait déjà les parcs de l’Ouest du côté de Las Vegas, on est parti sur un itinéraire moins classique. Le but premier était d’aller à Yellowstone, un peu isolé à déjà 3 jours de route au nord-est. Et le Mont Rushmore nous titillait bien (les têtes de présidents sculptées dans la montagne), mais c’est encore plus perdu au milieu du pays. Mais c’était le moment ou jamais. Quelques soirées de planification plus tard, on avait notre itinéraire de 18 jours.

Roadtrip map

 

C’est la première fois qu’on prépare vraiment un voyage. Généralement, on se limite à acheter 2 guides (si possible le Routard pour la bouffe et le culturel, et le Lonely Planet pour le pratique), on voit grosso-modo où on veut aller et on avise ensuite au jour le jour. Là c’était pas vraiment possible. Les parcs américains ont beau être nombreux et souvent immenses, il faut parfois s’y prendre une année à l’avance pour des offres d’hébergement parfois minimalistes et gérées par une seule société qui s’est vue accorder le monopole pour un parc. Et les hôtels se remplissaient aussi à une vitesse folle dans des coins touristiques comme le Mont Rushmore.

Du coup, on a planifié au jour le jour la totalité du voyage, 4 mois à l’avance, en réservant tous les hôtels. Ce qui m’a donné un coup de vieux. Ma p’tite mère m’a montré gamin combien un voyage s’appréciait par la spontanéité et l’improvisation au jour le jour. Là j’avais un peu l’impression de partir en voyage organisé. Et y’a pas le droit à l’erreur. Mais au final, c’était juste parfait !

Le parcours

Berkeley -> Utah

On commence par 2 étapes de transition et 13 h de route au total pour quitter la Californie et ses routes bouchonnées et rejoindre les premier parcs de l’Utah, au nord-est de Las Vegas.

On craignait un peu la traversée du Nevada, expérience qui s’annonçait traumatisante par son néant. La route 50 qu’on a empruntée est d’ailleurs nommée “The Loneliest Road in America”. Ben finalement on s’est régalé. Des paysages de steppes à perte de vue qui alternent avec des petites montages colorées, rondes ou escarpées. Des patelins perdus qui ressemblent pas du tout à ce qu’on a ici.

On s’est aussi de suite rassurés sur le temps passé en voiture, qui s’apparentera plus à du plaisir touristique ou du repos qu’à du transport. Souvent seuls sur la route, en pilotage automatique sur des routes rectilignes, y’a moyen de faire sa sieste au volant tranquille.

Capitol Reef National Park (Utah)

C’est pas le plus connu des grand parcs, mais il nous a mis dans l’ambiance du Grand Ouest. Pleins de formations rocheuses atypiques qu’on retrouvera aussi plus tard, avec partout des strates colorées rouges / roses / vertes / grises , des canyons, des rochers à l’équilibre précaire ou aux formes délirantes, des oasis de verdure au milieu de zone désertiques, des arches naturelles en pierre.

Pour en savoir plus :

Goblin Valley State Park (Utah)

Celui-là est petit mais original et vaut vraiment le détour. Il doit son nom à ses formations rocheuses au profil de Goblins. Mouais, Mushroom Valley aurait été plus honnête, mais peu importe la ressemblance, le paysage est incroyable.

“Ta mère à poil dans un champ de bites, elle sait pas où s’asseoir”, chantaient les poètes dans mes années de post-adolescence. Certes. Nous aussi on savait pas où donner de la tête, surtout les enfants qu’il fallait rattraper grimpant sur ces rochers de 3, 4 mètres. Ils s’éclatent, mais on voit poindre un orage qui s’apprête à faire pareil et on organise un rapatriement d’urgence sous des cieux magnifiques. On pique-niquera dans la voiture pour assister au spectacle.

Dans le même parc se trouve un superbe “slot” canyon, i.e. un canyon si étroit qu’inempruntable par un américain moyen. Les rangers nous ont déconseillé d’essayer, pas en raison de notre ligne, mais du temps : en cas de forte pluie, ça se remplit vite et forme de beaux torrents. On fait nos français-qu’en-font-qu’à-leur-tête, et on fait bien. On aura toujours la tête en direction du ciel pour anticiper, mais le temps se découvre et le canyon est magnifique par ses formes et couleurs. Les enfants font leurs Olmèques à courir et sauter sur les parois pentues du canyon, faut insister pour terminer la balade, le comble.

Pour en savoir plus :

Arches National Park (Utah)

Un parc unique par ses formations rocheuses en forme d’arches. Plus de 2000 qu’ils disent. De toutes les tailles. La parc se visite via une route transverse de 35km qui permet de s’arrêter à différents endroits et partir pour des balades plus ou moins longues.

On est arrivés vers 9h, on en repartira vers 19h, avec environ 6h de marche. Inutile de dire que les enfants se sont écroulés à peine montés dans la voiture au retour. Donc on voit des arches naturelles, souvent magnifiques et dont on comprend qu’elles évoluent dans le temps : certaines s’affinent car des rochers tombent, d’autres s’agrandissent, se forment, disparaissent. On voit aussi plein d’autres formations rocheuses superbes et des paysages fascinants à perte de vue. Certaines balades sont vertigineuses, on tient la main des gamins pour être sûrs de bien tomber avec eux (ou alors pour qu’ils nous rassurent par leur insouciance). Eprouvantes aussi car dénuées de toute ombre. Et faut bien trimballer des litres d’eau, ce sera de toute façon le cas dans tous les parcs.

Côté population, on a l’impression d’être en France. Cette région de Moab, a un coté routard, elle se mérite via des efforts de marche. On ne verra pas de déferlements de touristes asiatiques comme plus tard dans des coins plus accessibles. Et pas beaucoup d’américains non plus.

Pour en savoir plus :

Canyonlands National Park (Utah)

Canyonlands est à 1h de Arche. Mais vous avez compris qu’il s’agit là de canyons et pas d’arches hein ? Encore une fois, les paysages sont immenses et fascinants. En une journée, on ne fera que la partie la plus accessible, “Island in the Sky”. Comme dans pleins d’endroits, faut d’ailleurs avoir un 4×4 pour aller dans des coins plus reculés. Pleins de courtes (30min – 1h) balades magnifiques, surplombant des canyons et immenses cratères.

C’est pour nous assez stupéfiant et vraiment agréable de voir des lieux touristiques aussi peu sécurisés et peu marqués par l’exploitation humaine. On y reviendra dans nos conclusions finales.

Pour en savoir plus :

Colorado National Monument (Colorado)

Le lendemain, on arrive au Colorado, où on ne fera qu’une étape pour un parc dans la même lignée que Canyonlands, mais plus petit et plus concentré en points d’intérêts. Parc très peu touristique, avec beaucoup de locaux pour une fois, mais vraiment magnifique.

L’histoire de la création des parc est aussi souvent super intéressante, souvent fruit d’une aventure personnelle d’un illuminé qui va s’arracher pour mettre en valeur un terrain magnifique mais hostile. Pour ce parc, le mec en question a fait son mariage en mode rustique en plein milieu du parc, au pied de l’Independence Monument, et sa femme n’a tenu que quelques semaines dans ce mode de vie.

Toujours le même topo avec une route unique qui traverse le parc et offres des superbes points de vue et différentes balades. On finira encore la journée yeux et jambes rassasiés. Les ventres seront récompensés le soir dans un resto Japonais tape-à-l’oeil d’un coin paumé dans lequel on ira à reculons mais qui s’avèrera probablement l’un des meilleurs qu’on n’ait jamais fait. On a finalement plus mangé asiatique qu’américain durant ce road trip. Sortis de la Californie, c’est pas évident de trouver autre chose que du fast-food après 21h.

Pour en savoir plus :

A ce moment, on n’a fait qu’une semaine de voyage. Et on a commencé par les apéritifs !

> Deuxième partie >


 

Pour voir plus de photos (ensemble du voyage) avec nos tronches niaises de touristes, saisissez le mot de passe :

[Contenu privé, veuillez saisir le mot de passe (ou demandez-le à contact@ricanologie.com)]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *